[Feminist STS 101] N.Oudshoorn et les points aveugles des objets numériques conçus « pour tout le monde »

Après avoir soutenu ma thèse, j’avais envie de partager d’une autre manière les lectures qui m’ont le plus marquée. Surtout celles inscrites dans une approche féministe de la sociologie des sciences et techniques, étudiant la construction mutuelle du genre et des objets techniques, considérant la technique et le genre comme des processus sociaux enchevêtrés et constamment négociés.

La série a commencé sur Twitter, avec l’article « Configuring the User as Everybody: Gender and Design Cultures in Information and Communication Technologies » de Nelly Oudshoorn, Els Rommes et Marcelle Stienstra et publié en 2004 dans la revue Science Technology & Human Values. Je reprends ici les dizaines de tweets publiés à son sujet sous forme d’un billet de blog, agrémenté des liens et de références.

nellyoudshoornNelly Oudshoorn est professeure à l’Université de Twente (Pays-Bas), dans le domaine des technologies et de la santé. Ses recherches portent sur la co-construction des technologies et des usager·es, en particulier dans le domaine de la médecine et des NTIC. En 2003, elle a co-dirigé l’ouvrage How Users Matter avec T.Pinch. La même année, elle publie The Male Pill, qui suit la trajectoire de la contraception masculine.

L’article est très riche, et je vais surtout revenir sur une des études de cas qui m’a particulièrement marquée, à propos d’une « Digital City » mise en place par la ville d’Amsterdam dans les années 1990. Pour résumer, il s’agit d’un service numérique en ligne conçu « pour tout le monde », censé être utilisable sans compétence technique préalable. Pour en faciliter l’accès, des postes sont même mis en libre accès dans la ville pour celles et ceux qui n’en ont pas.

La plateforme est mise en ligne. La majorité des usagers sont de jeunes hommes fortement diplômés, disposant d’importantes compétences techniques. On ne compte que 9% d’utilisatrices.

Comment passe-t-on d’un objet conçu « pour tout le monde » à une telle disparité dans son appropriation ?

Pour cela, les auteures retracent tout le processus de conception et l’organisation du projet pour comprendre le rôle de ces éléments dans les disparités d’usage observées… et c’est passionnant.

Elles constatent notamment qu’au cours de la conception, la priorité est peu à peu donnée à l’innovation plutôt qu’à l’accessibilité du service. Cette préférence est liée aux politiques publiques et aux financements, plus favorables à la thématique de l’innovation, mais c’est aussi le fait de l’organisation et des méthodes de l’équipe de conception. Un procédé (très courant) joue un rôle important : la « i-metohodolgy ». Pour résumer, la i-methodology, c’est la situation dans laquelle un.e designer s’imagine en tant qu’ « usager lambda » et opère des choix de conception à partir de ses propres préférences, usages & compétences, qui seraient représentatives des usager.es

Sur le terme précis de i-methodology, voir Madeleine Akrich,
« User Representations: Practices, Methods and Sociology« 

Cette manière de faire est souvent inconsciente et, ici, ne s’accompagne pas de tests avec des usager.es et des non-usager.es effectifs. Dans le cas étudié (et dans beaucoup d’autres), on constate alors une forte similitude entre le profils des concepteurs et celui des usagers majoritaires. Les chercheuses soulignent par exemple que le mode d’emploi du service est rédigé en se basant sur l’expérience même d’un des concepteurs.

csfb2wqwyaag1ks

Elles montrent également que certains choix sont faits car les concepteurs veulent laisser « leur » empreinte personnelle dans le logiciel conçu. Cela passe par l’invention et l’implémentation de nouvelles fonctionnalités, « originales », dans le logiciel.

early

Ces nouvelles fonctionnalités :

  1. le complexifient
  2. demandent un temps d’apprentissage : on ne peut pas se reposer sur des usages préalables

Or les designers du service ont une préférence pour l’apprentissage par essai erreur (dont le tatônnement voire le « bidouillage » suppose déjà une certaine aisance avec les technologies) plutôt que par tutoriel. En l’absence de tutoriel, on attend de l’usager de ce service qu’il trouve seul son chemin. (Le menu d’aide n’est pas directement accessible).

Les chercheuses trouvent aussi que les inégalités dans l’appropriation du service sont liées à la volonté de donner une image plus « performante », plus « innovante » au service. Par exemple, l’interface texte de la v 1.0 est remplacée par une interface graphique, plus complexe, peu habituelle à cette époque (1995), et qui nécessite un matériel spécifique, bien plus coûteux, peu accessible et peu utilisé par « l’usager néophyte » ou par les femmes.

De Digitale Stad (interface en 1993) - Crédits : Waag Society
De Digitale Stad (interface en 1993) – Crédits : Waag Society
0328-digital-city
De Digitale Stad (interface en 1995) – Crédits : Waag Society

De plus… les ordinateurs mis à disposition dans l’espace public pour faciliter l’accès au service ne peuvent afficher cette nouvelle interface… Ainsi, le manager du projet juge que ces appareils donnent une mauvaise image du service, trop ringarde : il faut les enlever. Cette « image » des terminaux publics est centrale : les lieux qui les accueillent se plaignent parce qu’ils sont utilisés par des SDF. Notez que l’accès du service aux plus démuni.es fonctionne donc bel et bien, et que c’est précisément ça qui provoque les plaintes.

Classic GIF - Find & Share on GIPHY

Au final, le service est accessible à quelqu’un qui a une bonne connaissance et expérience de l’informatique, possédant un ordinateur et un modem en 1990s. Un profil bien évidemment très loin d’être « neutre » ou « universel ».

Ce qui m’a passionnée dans cette étude, c’est la comparaison entre le discours de l’objet « pour tous » et les pratiques matérielles et quotidiennes de la conception de ce service. Il me semble que cet article souligne les limites du « design pour tous » lorsque l’on envisage qu’un profil spécifique est « représentatif » ou « universel », ainsi qu’à celles qui traversent et façonnent l’organisation sociale du projet et les processus de conception. Il montre comment cette représentation a des conséquences concrètes pour la matérialité et le fonctionnement du service et son accessibilité.

978-0-8223-3195-7_prLa V1 de l’article (texte envoyé à la revue) est disponible en ligne. A noter : Nelly Oudshoorn a aussi écrit sur l’histoire de la contraception hormonale masculine.

Voilà, j’espère que ça a pu vous intéresser, et que je n’ai pas dit trop de bêtises. La prochaine fois, on parlera scripts de genre & rasoir Ladyshave avec Ellen Van Oost.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *