National Video Game Arcade, premier centre culturel dédié au jeu vidéo ?

A la fin du mois d’octobre, durant la 9ème édition de GameCity (Nottingham), festival annuel de jeu vidéo, on apprend la création d’un centre culturel dédié aux jeux vidéo. Le National Video Game Arcade est doté de 2,5 milliards de livres et ouvrira ses portes en mars 2015. 3000m², 4 étages dédiés aux expositions temporaires et un à l’éducation et à la formation, une exposition permanente… Ce centre culturel sera dédié à la recherche, à l’éducation et aux événements publics autour du jeu vidéo.

Les articles de presse indiquent qu’il s’agit du premier centre culturel au monde dédié au jeu vidéo. Même s’il est vrai que ces projets sont encore rares, la National Video Game Arcade s’inscrit néanmoins dans la continuité d’initiatives, aux formes alternatives à celle du musée, que j’aimerais ici lister rapidement.

En 2010, alors que les expositions de jeux vidéo émergent dans les institutions françaises, il est rare que ces événements soient mis en lien avec la programmation générale des lieux. Quelques conférences et ateliers ponctuent les expositions, mais la présence du jeu vidéo dans une exposition qui lui est dédié ne garantit pas une véritable « entrée » de ce dernier dans ces institutions. Les expositions en question se concentrent d’ailleurs sur le jeu vidéo et ne le présentent pas dans une logique transdisciplinaire où d’autres formes de création le côtoieraient1. Le jeu vidéo ne semblait pas plus pris en compte une fois les expositions démontées. Pourtant, ces dernières années, on pu le voir s’y installer un peu plus confortablement, selon des formes aux temporalités différentes : la saison ou la résidence et l’espace pérenne.

En 2011, après avoir présenté l’exposition Arcade ! Jeux vidéo ou pop-art ?2, le Théâtre de l’Agora accueille le collectif de créateurs de jeux expérimentaux One Life Remains dans le cadre de ses résidences artistiques. Pendant toute la saison 2011/2012, les créateurs sont invités à produire des œuvres en relation avec les problématiques liées au spectacle vivant et à travailler en collaboration avec d’autres artistes en résidence, pour concevoir des expositions. En 2013, le nouveau centre culturel Visages du Monde (Cergy), lance un appel à résidence artistique pour soutenir les arts numériques. Parmi les trois thématiques prioritaires figure le jeu vidéo et l’axe « retro-gaming et expérimentations vidéo-ludiques ». Soulignant un intérêt pour le jeu vidéo dès le lancement du lieu, Visages du Monde organise aussi le festival Retro No Future, qui met en place une game jam et une exposition des jeux lauréats ainsi que l’exposition Games Reflexions3. La même année, c’est l’Imaginarium (La Plaine Images, Tourcoing) qui met en place l’exposition Play Again. Durant 5 mois, la programmation fait intervenir des associations, des studios et des créateurs pour présenter différentes facettes du jeu vidéo, dans un lieu où le jeu vidéo est régulièrement traité4.

Outre ces initiatives au long cours, on voit se développer quelques espaces pérennes dédiés au jeu vidéo. C’est le cas de la Gaité Lyrique et de son espace jeu vidéo, dont la programmation s’adapte aux thématiques des expositions en cours. D’autres lieux comme les bibliothèques Louise Michel ou Vaclav Havel mènent une politique active envers les jeux vidéo. On peut aussi penser au discours de Frédéric Mitterrand lors de l’annonce du projet d’exposition à la Cité des Sciences, présenté sous le nom de Cité du jeu vidéo.

Aux États-Unis, le L.A. Gamespace, s’inscrit tout à fait dans la logique d’un centre culturel dédié au jeu vidéo. Présenté à la fin de l’année 2012 lors d’une campagne de financement participatif, la programmation du lieu se compose d’expositions, d’un centre de recherche, d’une résidence artistique, d’ateliers et de conférences. Deux ans plus tard, on sait malheureusement peu de choses du projet et du lieu , qui ne semble toujours pas ouvert au public.

La National Video Game Arcade s’inscrit donc indéniablement dans une continuité d’initiatives qui font des enjeux de médiation culturelle et d’aide à la création une priorité. Néanmoins, l’accueil de la National Video Game Archive5, sous-entend pour le lieu de mener également une politique de collection et de conservation : alors que le terme de musée n’est jamais prononcé dans le communiqué de presse, on peut se demander comment cette dimension patrimoniale sera articulée au reste des activités.

A suivre en mars 2015…

  1. A ma connaissance, l’exposition Playtime, videogame mythologies de la Maison D’ailleurs (Yverdon-les-Bains, Suisse) est la première exposition sur le sujet à présenter des jeux vidéo mêlés à des photographies, des installations, des maquettes ou encore des vidéos. []
  2. Exposition itinérante présentée entre octobre et décembre 2010, co-produite par le Théâtre de l’Agora, scène nationale d’Evry et de l’Essonne et le Lux°, scène nationale de Valence, son commissaire est Nicolas Rosette, à l’époque conseiller Arts Numériques du Théâtre. Exposition à laquelle j’ai participé tout d’abord comme médiatrice et assistante du commissaire puis comme co-commissaire. []
  3. Exposition présentée au Carreau de Cergy d’octobre à novembre 2013 et imaginée par Isabelle Arvers avec l’aide de Pierre Corbinais et Benjamin Fouquoire []
  4. Je pense par exemple à l’accueil de la game jam Art Game Weekend #4 en 2013 et de sa nouvelle version, le Zoo Machines Festival en 2014 []
  5. collection lancée en 2008 à l’initiative de la Trent University de Nottingham et du National Media Museum de Bradford []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *