À propos

Ce carnet porte sur la présence et les usages du jeu vidéo dans les institutions culturelles (musées, bibliothèques, centres d’art etc), notamment en France.

Tout d’abord utilisé comme un outil de médiation interactif et ludique, le jeu vidéo est peu à peu devenu sujet et objet d’exposition. Depuis plusieurs années, il est sauvegardé, conservé et exposé. Alors que les premières expositions de jeux vidéo sont de type patrimonial et historique, la variété des lieux qui l’accueillent va de paire avec une pluralité de traitements.

Néanmoins, malgré cette diversité d’approches, ces événements ont en commun différentes problématiques, liées notamment à la pratique de la visite d’exposition. Contraintes temporelles, enjeux de médiation, rôle du visiteur dans la transmission des savoirs… C’est l’articulation entre les spécificités du jeu vidéo et l’espace de l’exposition qui nous intéresse ici.

Un intérêt professionnel, médiatique, puis scientifique…

En 2010, je débutais un master professionnel (métiers des arts et de la culture, pour travailler comme commissaire d’exposition) et un master de recherche (études culturelles, pour réaliser un mémoire sur les jeux vidéo). J’ai effectué un stage avec Nicolas Rosette, commissaire de l’exposition Arcade ! Jeux vidéo ou Pop art ?, tout d’abord comme assistante du commissaire, puis comme médiatrice de l’exposition. Ces quelques mois d’ouverture au public et les discussions que j’entretenais avec eux en tant que médiatrice ont constitué mon premier terrain d’enquête. L’exposition étant itinérante, j’ai pu continuer à la suivre en tant que co-commissaire, participer à son montage et prendre en charge la formation des médiateurs et médiatrices des différents lieux. C’est par cette exposition que j’ai compris que mes deux masters étaient liés.

J’ai continué à suivre les différents événements liés au sujet et, l’année suivante, c’est comme pigiste que je traitais cette fois les expositions de jeux vidéo, notamment pour Le Monde.fr et Art Press. Outre la visite d’expositions comme Game Story, cette activité m’a permis d’interroger de nombreux commissaires impliqués dans la réalisation d’expositions sur le jeu vidéo. La même année, je terminais mon master 2 « sciences et techniques de l’exposition » en traitant du commissariat et de la scénographie d’exposition appliqués au jeu vidéo, et mon master 2 « études culturelles » avec un mémoire sur le traitement de l’exposition Game Story par la presse généraliste.

C’est à l’automne 2012 que j’ai débuté une thèse sur les expositions de jeux vidéo. Il s’agissait tout d’abord d’étudier un corpus assez important d’événements. Lorsque le projet « Cité du jeu vidéo » a commencé à prendre forme, j’ai finalement abandonné cette idée pour mener une enquête de terrain de 16 mois lors de la conception, de la production et de l’exploitation de cette exposition. Je voulais comprendre comment une équipe « s’empare » de la question du jeu vidéo, construit un propos, sélectionne des éléments… En bref, interroger la pratique des acteurs de l’exposition, confrontés à un nouvel objet, par l’observation de pratiques matérielles, quotidiennes. La suite de l’enquête consiste en une étude de réception auprès des publics (entretiens en fin de visite) et d’observations in situ durant l’ouverture de l’exposition aux publics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *