Archives de catégorie : Billets

Présentation de la thèse – La construction du jeu vidéo comme objet muséal

Le 19 octobre dernier, le jour de la soutenance est enfin arrivé… Le jury de soutenance était composé de Julia Bonaccorsi, Professeure des Universités – Université Lyon 2 (rapportrice et Présidente du jury), Christine Détrez, Professeure des Universités – ENS Lyon (rapportrice), Fanny Lignon, Maîtresse de Conférences – Université Lyon 1 (examinatrice), Bernard Darras, Professeur des Universités – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (examinateur) et Christophe Genin, Professeur des Universités – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (directeur de thèse).

Afin de présenter mon travail de thèse sur ce blog, j’ai adapté une partie de mon exposé de soutenance en y ajoutant quelques liens vers des articles ou des publications.

Continuer la lecture de Présentation de la thèse – La construction du jeu vidéo comme objet muséal

Une décennie de blogs

Il y a un peu plus de dix ans, je tenais mon premier blog. C’était en 2003, j’avais 14 ans et, comme beaucoup d’adolescent.e.s, je découvrais la plate-forme Skyblog. Je ne savais pas vraiment comment utiliser ce nouvel outil. J’en avais fait une sorte de portfolio de mes passions, postant une image accompagnée d’une très courte légende. N’ayant ni scanner ni appareil photo numérique, j’utilisais ma webcam pour présenter mes dessins ou de vieilles photographies argentiques. En quelques soirées, j’avais rempli plusieurs pages, et j’envisageais de ne plus toucher à cet espace personnel : un lien utile à mettre dans la signature des messages postés sur des forums pour dire « voilà, ça me représente ». L’usage de la webcam aidant, j’ai finalement pris l’habitude d’alimenter ce blog avec des bribes de vie, toujours illustrées d’un autoportrait, seule dans ma chambre, face à mon ordinateur.

Sur un forum, j’ai rencontré une communauté de blogueurs qui disposaient de leur propre site et concevaient des photomontages pour habiller leurs blogs. Face à ces headers qui changeaient chaque mois, je me sentais plus que bridée. Après un passage sur Blogspot, un ami me propose un espace parmi ces blogs. Je me suis lancée, sans la moindre compétence en webdesign. C’est comme ça que j’ai appris à me servir de Photoshop. La première image réalisée pour habiller mon blog était un scan d’anciens travaux d’arts plastiques et d’une photographie argentique. Je passais des heures à chercher les blogs dont le design me plaisait. J’affichais et copiais le code source de la page et je le collais dans un bloc note pour expérimenter, vérifiant régulièrement le résultat de mes essais dans un navigateur. Lorsque j’étais coincée, j’avais bien compris qu’en tapant quelques mots clés dans un moteur de recherche, je trouverais toujours un tutoriel pour me rappeler les bases du html.

Au bout de quelques semaines, mon « vrai » premier blog est né. J’avais 15 ans. A chaque billet, j’ouvrais ce long fichier html dans mon bloc note, et j’écrivais mes paragraphes, entourés de balises. J’illustrais mon blog en recopiant consciencieusement le code nécessaire pour afficher chaque image. J’ai d’ailleurs résisté plusieurs années avant d’aller sur WordPress. J’avais mis tant de temps et d’efforts dans ces compétences qui me paraissaient dispensables une fois WordPress installé… Même après avoir sauté le pas, j’ai longtemps uploadé à part mes photos via FileZilla et mettais un point d’honneur à n’utiliser que le mode text, sans jamais utiliser les raccourcis pour insérer des liens ou des images.

C’est à travers les blogs et les forums qu’une partie de ma vie personnelle et professionnelle s’est construite. J’y ai trouvé mes premiers emplois, mes premiers stages, mes premières piges. Les blogs m’ont permis de vendre des créations, d’écrire sur les jeux vidéo, de parler de sorties culturelles, de lectures, de tenir un carnet de bord quotidien durant un séjour au Japon, de parler de genre alors que je découvrais à peine le terme…

C’est en débutant ma 3ème année de thèse que je me dis qu’un nouveau blog, cette fois conçu comme un carnet de recherche, pourrait être utile. L’outil ne m’est pas inconnu. Et pourtant : écriture sans pseudo, production de textes en lien avec un travail scientifique, plate-forme dédiée à la recherche… C’est un tout nouvel usage qu’il va falloir inventer, petit à petit, par tâtonnements.